J’adore voir tomber Antonio Cairoli !

Il saute long, se met dans un trou, la roue avant décroché, se bloque, puis l’arrière remonte, les pieds partent, c’est passé tout près…

Quelques mètres plus loin, il atterrit du Camel et ouvre en grand. La moto glisse, il monte dans le talus, pense que ça va le faire mais il est déjà trop vite pour mettre un petit filet qui le sauverait…

La gravité agit sur le pilote romain et il s’écrase à plat en ayant beaucoup de chance que Tim GAJSER ne soit pas en dessous.

Je retiens mon souffle, je connais les 3 zones qui auraient pu être touchées…
Il se relève et tout est ok ! Ouf !!

Antonio Cairoli est l’un de mes pilotes préféré. Déjà son humilité est légendaire, son palmarès aussi, sa fidélité incroyable et pour finir il est LE pilotage par définition.

Il restera dans l’histoire comme le pilote Italien meilleur dans le sable que sur le dur !
Cette année, Antonio Cairoli sera Champion du Monde.

Tout simplement car il va réaliser 80% des holeshot, car il ne tombe pas, car il est le plus physique, le plus expérimenté et sait rouler avec une (bien souvent) énorme marge !

Combien d’années l’avons-nous vu gagner de 4 ou 5 sec alors que l’an dernier il mettait entre 40 et 60sec aux memes pilotes lorsqu’il était sous la pression du pilote le plus rapide du monde.
Il ne fera aucune erreur, saura faire 2 ou 3eme, évitera les blessures, gagnera à Lommel, St Jean, Kegums, Mantova et Teutschenthal, puis décrochera le titre 1 course avant la fin.

Oui, il souffrira sur les pistes bétons de Russie, Indonésie, Loket ou sur la fin quand il faudra assurer.
Mais il restera en contrôle.

Alors le voir à 100% l’an dernier contre Herlings ou justement à Arco ce WE était un pur bonheur.

Il s’est battu comme vous et moi, a la limite, en donnant tout ce qu’il a, sans marge, sans calcul.

Certes il était le GRAND Tony avec ces amortis puissants et précis, ces changements de traces géniaux pour doubler Tim, cette réception du grand Camel où il rebondissait dans les trous pour passer au dessus de la vague, ce contrôle de la poignée de gaz sur le béton, les descentes défoncées couché sur la SXF avec l’arrière qui ne touche pas le sol…

Mais on vit aussi des déséquilibres, une roue arrière qui arrachent les piquets, des glisses de l’avant, des coups de raquette et cette chute lorsqu’il essaya de passer en mode 110%.

Une fois relevé, sain et sauf, j’étais heureux.
Heureux d’avoir vu la limite de ce grand pilote, heureux de l’avoir vu humain, commun, fragile.
Heureux de l’avoir vu se battre et donner tout ce qu’il a.
Heureux d’imaginer le bonheur qu’il aura lors de son prochain doublé.
Heureux d’avoir assisté à un combat qui n’était pas truqué, et qui a eu une intensité incroyable, dans le pays de l’un, devant les supporters de l’autre.

Oui, j’ai aimé voir tomber Cairoli, car comme l’étalon Italien, il va se relever…et gagner.
#mxgp #italia #arco #chute #unebataille #paslaguerre #tg243 #tc222 #anotherlevel
La photo est floue mais vous comprendrez pourquoi je l’ai choisie 😉
Si vous ne LIKEZ pas encore la page, n’hésitez pas : d’autres textes suivront…